31 mars 2005

Publié le par Lucie Delarosbil

J'ai tenté de saisir l'étang en le comparant avec ma perception du vécu de mon frère. Je considère cet exercice comme un départ de recréation. Un certain chemin que j'ai osé prendre pour mieux comprendre avec ma conscience un sens du domaine qui représente la conscience de Guillevic. Mais celui-ci écrit : « Descendre dans l'étang // n'apprendrait rien de plus / probablement / sur le domaine ». Bien entendu, l'étang n'est seulement qu'une partie du domaine, de la conscience de l'Être. Il ne suffit pas de le voir, de désirer le découvrir de fond en comble. Il faut surtout sentir son importance et sa présence.

© Lucie Delarosbil, 2021

Source : Guillevic

Publié dans Journal, Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article